La reproduction et la libre distribution du contenu de ce document (impression ou autre) sont autorisées dans la mesure où www.mongabay.com est stipulé comme source originale de celui-ci.

MONGABAY.COM: Les forêts tropicales humides [avec des photos]


Par Rhett A. Butler, mongabay.com
Traduit de l'anglais par Eric Mathieu (marojejy.com)

QUE SONT LES FORETS HUMIDES ?

Les forêts tropicales humides sont des forêts avec de grands arbres, un climat chaud et beaucoup de pluie. Dans certaines de ces forêts il pleut plus de 25mm d’eau par jour !

Les forêts humides se trouvent en Afrique, en Asie, en Australie et en Amériques du Sud et Centrale. La plus grande d’entre elle est la forêt amazonienne.


OU SE SITUENT LES FORETS HUMIDES ?

Les forêts humides se trouvent dans les Tropiques, région située entre le Tropique du Capricorne et le Tropique du Cancer. Dans cette région le soleil est très fort et brille à peu près le même temps chaque jour de toute l’année faisant de ce climat un climat chaud en permanence.

Nombre de pays possèdent des forêts humides. Les plus grandes étendues se trouvant successivement dans les pays suivants :
  1. Brésil
  2. République Démocratique du Congo
  3. Pérou
  4. Indonésie
  5. Colombie
  6. Papouasie Nouvelle Guinée
  7. Vénézuela
  8. Bolivie
  9. Mexique
  10. Surinam

QU’EST CE QUI FAIT UNE FORET HUMIDE ?

Chaque forêt humide est différente mais il existe certains points communs à toutes celles-ci.
  • Lieu : Les forêts humides se situent dans les Tropiques.
  • Précipitations : Les forêts humides reçoivent au minimum 2000mm d’eau par an.
  • Canopée : Les forêts humides ont une canopée qui est une couche de branches et de feuilles formée par arbres étroitement rapprochés. La canopée peut atteindre des hauteurs supérieures à 35m.
  • Biodiversité : Les forêts humides ont un haut niveau de biodiversité. La biodiversité est le nom donné pour toutes les espèces vivantes communes à un espace donné, les plantes, les animaux et les champignons, le tout formant un écosystème. Les scientifiques pensent que la moitié des plantes et des animaux existant sur la planète vivent dans les forêts humides.
  • Relations symbiotiques entre espèces : Les espèces vivant dans les forêts humides le font souvent en étroite collaboration. Une relation symbiotique est une relation où deux espèces différentes bénéficient de l’interaction mutuelle de l’une envers l’autre. Par exemple certaines plantes forment des structures appropriées pour l’établissement d’une fourmilière tout en fournissant du sucre pour la nourriture des fourmis. De l’autre côté les fourmis protègent les plantes d’autres espèces d’insectes qui voudraient se nourrir de leurs feuilles.

QU’EST-CE QUE LA CANOPEE ?

Dans les forêts humides une majorité de plantes et d’animaux n’est pas trouvée au niveau du sol mais dans l’épais couvert feuillu connu sous le nom de canopée. La canopée pouvant atteindre une hauteur de plus de 35m au-dessus du sol est constituée d’un entrelacement de branches et de feuilles des arbres particuliers aux forêts humides. Les scientifiques estiment que 70 à 90% de la vie des forêts humides se trouvent dans les arbres, faisant de ceux-ci le plus riche habitat pour les plantes et les animaux. Beaucoup d’animaux très connus comme les singes, les grenouilles, les lézards, les oiseaux, les serpents, les paresseux et les petits félins se trouvent dans la canopée.

Le milieu de la canopée et un milieu très différent de celui trouvé au niveau du sol. Durant la journée, la canopée est plus sèche et plus chaude que toute autre partie de la forêt et les plantes et les animaux qui y vivent sont particulièrement adaptés à la vie dans les arbres. Par exemple, à cause de l’environnement très feuillu et très dense de la canopée réduisant la visibilité à parfois moins de quelques mètres, nombreux animaux y vivant ont adapté leur communication à ce milieu, les uns utilisant de puissants cris et d’autres d’harmonieuses mélodies. Les espaces entre les arbres sont parfois importants et les animaux y vivant volent, planent ou sautent afin de se déplacer au sommet des arbres.

Les scientifiques ont depuis longtemps essayé d’étudier la canopée mais à cause de la hauteur et de la difficulté d’accès de celle-ci les recherches ont toujours été difficiles jusqu’à récemment. Désormais certains aménagements pallient ces difficultés, ponts de corde, échelles et tours, radeau des cimes aident les scientifiques à découvrir les secrets de la canopée.

La canopée est juste un des niveaux verticaux trouvés dans les forêts humides. Jetez un regard au diagramme sur la gauche pour constater l’existence des autres niveaux. (Les arbres émergents, le sous-étage, le tapis forestier)


LE TAPIS FORESTIER

L’épais couvert feuillu de la canopée rend souvent le tapis forestier comme un endroit sombre et humide. Cependant, malgré l’ombre permanente y régnant, le tapis forestier est un lieu très important pour l’écosystème de ces forêts.

Le tapis forestier est l’endroit où la décomposition joue un rôle majeur. La décomposition est le procédé dans lequel des décompositeurs comme les champignons ou d’autres micro-organismes détruisent les plantes ou les animaux morts et recyclent ainsi les éléments et les nutriments essentiels.

Une majorité des grands animaux des forêts humides vivent au niveau du tapis forestier, parmi ceux-ci on trouve les éléphants, les tapirs et le jaguar.

POURQUOI LES FORETS HUMIDES ONT TANT D’ESPECES DE PLANTES ET D’ANIMAUX ?

Les forêts humides sont le fondement de la plus grande diversité d’organismes vivants de la planète. Nonobstant le fait qu’elles ne couvrent que 2% de la superficie de la Terre, les forêts humides hébergent plus de 50% des plantes et animaux connus sur la planète. Quelques exemples pour démontrer cette extraordinaire richesse :
  • Les forêts humides représentent 170 000 des 250 000 espèces de plantes connues dans le monde.
  • Les Etats-Unis ont 81 espèces d’amphibiens alors que Madagascar (plus petit que l’état du Texas) dispose de plus 300 espèces différentes.
  • L’Europe a 321 espèces de papillons alors qu’un seul parc dans les forêts humides du Pérou (Manu National Park) dispose de 1300 espèces.

Les forêts humides ont une abondance de plantes et d’animaux pour les raisons suivantes :
  1. Le climat : Parce que les forêts humides sont situées dans les Tropiques, elles reçoivent une quantité conséquente de soleil. Cette lumière est convertie en énergie par les plantes via la photosynthèse. Si il y a beaucoup de soleil, il y aura donc beaucoup d’énergie dans les forêts humides. Cette énergie est emmagasinée par la végétation, absorbée elle-même par les animaux. La quantité de nourriture étant conséquente, de nombreuses espèces de plantes et d’animaux peuvent s’y développer.
  2. La canopée : La structure de la canopée dans les forêts humides permet la diversification des endroits pour que s’y développent les végétaux et y vivent les animaux. La canopée offre de nombreuses sources de nourriture, des abris, des refuges, des places cachées et permet également l’existence d’un monde basé sur l’interaction entre diverses espèces. Par exemple, certaines plantes de la canopée, les broméliacées, qui conservent l’eau dans leurs feuilles. Les animaux comme les grenouilles utilisent ces réserves d’eau pour chasser et déposer leurs œufs.

MAMMIFERES DES FORETS HUMIDES

Les forêts tropicales humides sont le repaire de nombreuses espèces de mammifères.


OISEAUX DES FORETS HUMIDES

Les forêts tropicales humides sont le lieu privilégié de nombreuses espèces d’oiseaux.


REPTILES ET AMPHIBIENS DES FORETS HUMIDES

Les forêts tropicales humides sont connues pour leurs nombreuses espèces de reptiles et d’amphibiens dont vous trouverez une liste très partielle ci-dessous.


LES POISSONS DES FORETS HUMIDES

Les eaux des forêts tropicales humides, incluant les rivières, les ruisseaux, les lacs et les marécages, sont des zones privilégiées pour une majorité d’espèces de poissons d’eau douce. Le bassin amazonien à lui seul comprend plus de 3000 espèces connues ainsi que de nombreuses espèces encore non identifiées.

La plupart des poissons tropicaux présents dans les aquariums sont originaires des forêts tropicales. Les poissons comme les poissons-ange, les tétras néon, les Discus, le poisson-chat mangeur d’algues proviennent tous des forêts humides d’Amérique du Sud alors que les Danios, les Gouramis, les Combattants siamois (ou Betta) et la loche clown sont originaires d’Asie.


LES INSECTES DES FORETS HUMIDES

Une majorité des animaux présents dans les forêts humides sont des insectes. Un quart de toutes les espèces animales déjà identifiées et décrites par les scientifiques sont des coléoptères. Environ 500 000 espèces de coléoptères sont déjà connues.

LES HOMMES DES FORETS HUMIDES

Les forêts tropicales humides sont le lieu de vie de nombreuses tribus qui se basent essentiellement sur leur environnement pour la nourriture, les abris et les médecines locales. Aujourd’hui peu d’entre elles vivent encore de manière traditionnelle, un grand nombre a déjà été déplacé par des colonisateurs venus d’ailleurs ou a été forcé d’abandonner son style de vie par les gouvernements en place.

Sur les populations vivant encore au cœur de la forêt, l’Amazonie en supporte la majorité quoique aujourd’hui ces gens-là également ont été fortement influencés par le monde moderne. Alors qu’ils continuent d’utiliser la forêt pour leur chasse traditionnelle, beaucoup d’Amérindiens – ils sont appelés ainsi – cultivent les produits (bananes, manioc et riz), utilisent des biens d’importation occidentale (marmites métalliques, casseroles, ustensiles de cuisine) et réalisent régulièrement des voyages dans les villes afin de ramener nourriture et marchandises du marché. Malgré cela ces gens peuvent encore nous apprendre beaucoup sur les forêts. Leur connaissance des plantes médicinales utilisées pour traiter les maladies est inégalée et ils ont une grande compréhension de ce qu’est l’écologie de la forêt humide amazonienne.

En Afrique, il y a encore des populations natives de la forêt, connues sous le nom de pygmées. Les plus petits d’entre eux, nommés les Mbuti, dépassent rarement 1.50m de taille. Leur petite taille leur permet de se déplacer aisément dans la forêt, bien plus facilement que pour d’autres gens plus grands.


GRANDES CIVILISATIONS DES FORETS HUMIDES

Aujourd’hui la plupart des natifs de la forêt vivent dans de petits ‘campements’ ou pratiquent une chasse nomade. Dans le passé les forêts tropicales humides et les régions alentours ont vu éclore de grandes civilisations comme les Mayas, les Incas ou les Aztèques qui ont développé des sociétés complexes et ont contribué à de grandes avancées dans le domaine scientifique.

Ces grandes civilisations ont fait face aux mêmes problèmes environnementaux (destruction excessive de la forêt, érosion des sols, surpopulation, insuffisance des ressources en eau) que l’on rencontre aujourd’hui. Pour les Maya, les dommages causés à l’environnement ont sans aucun doute conduit ceux-ci à leur déclin et finalement à leur propre perte.


CONNAISSANCE DES PLANTES MEDICINALES PAR LES POPULATIONS NATIVES

Une des plus passionnants centres d’intérêt et de recherche dans les forêts tropicales est l’éthno-bothanique qui étudie comment les gens utilisent des plantes locales pour traiter les diverses maladies. Les peuples des forêts ont une incroyable connaissance des vertus médicinales de certaines plantes et ont découvert des remèdes pour des maladies allant de la morsure de serpent aux tumeurs.

Actuellement beaucoup de médicaments prescrits dans le monde occidental trouvent leur origine dans le règne végétal et 70% des plantes identifiées comme possédant des vertus anti-cancéreuses par le US National Cancer Institute sont trouvées uniquement dans les forêts tropicales humides.

En général les connaissances majeures sur les plantes médicinales sont l’apanage du chaman littéralement ‘homme-médecin’ du village. Le Chaman traite ses patients essentiellement au cours de cérémonies minutieusement élaborées au rythme de rituels bien précis utilisant les plantes récoltées dans la forêt alentours.


QU’EST-IL ARRIVE AU PEUPLE NATIF DE L’AMAZONIE ?

Avant la découverte du Nouveau Monde par Christophe Colomb au 15ème siècle, une population estimée entre 7 et 10 millions d’Amérindiens (terme pour définir les populations indigènes des Amériques) vivaient dans les forêts humides amazoniennes dont la moitié au Brésil. Les grandes cités existaient dans les Andes et l’Amazonie développait déjà des sociétés agricoles.

L’arrivée des Européens marqua la fin des civilisations natives des Amériques Centrale et du Sud. Les Européens amenant avec eux des maladies inconnues qui tuèrent des millions de personnes, on estime que durant les 100 ans ayant suivi l’arrivée des Européens sur le continent, la population amérindienne avait été réduite de 90%. La plupart des survivants vivaient à l’intérieur des forêts, certains repoussés par les Européens et d’autres vivant traditionnellement en petits groupes.


LES ENFANTS DANS LES FORETS HUMIDES

Etant donné qu’ils n’ont ni la télé, ni l’internet ni le moindre jeu vidéo, à part cela les enfants des forêts humides font certainement les mêmes choses que vous. Ils jouent avec leurs amis, aident leur famille dans leur travail quotidien et vont à l’école.

Considérant le fait que ‘les enfants de la forêt humide’ vivent plus près de la nature que l’enfant américain ‘moyen’, ils apprennent des choses qui sont utiles pour l’environnement autour d’eux. Dès leur plus jeune âge, ils apprennent à pêcher, chasser et à collecter diverses nourritures et autres matières premières dans la forêt. Plutôt que de se rendre sur un terrain de jeu ou faire des courses au centre commercial ‘pour le fun’, les enfants vivant dans des endroits comme l’Amazonie passent le plus clair de leur temps dehors, jouant dans et avec la forêt, dans les rivières et les torrents.

POURQUOI LES FORETS HUMIDES SONT-ELLES SI IMPORTANTES ?

Les forêts humides sont importantes pour l’écosystème global de la planète :
  • fournissent un habitat pour de nombreuses plantes et de nombreux animaux
  • aident à stabiliser le climat mondial
  • protègent contre les inondations, les sécheresses et l’érosion
  • sont une source de médicaments et de nourritures
  • préservent les tribus natives
  • sont des endroits fascinants à visiter


    LES FORETS HUMIDES AIDENT A LA STABILISATION DU CLIMAT

    Les forêts humides participent à la stabilisation du climat mondial en absorbant le dioxyde de carbone de l’atmosphère. Un excès de dioxyde de carbone dans l’atmosphère est considéré comme un facteur prépondérant dans le réchauffement du climat. De ce fait les forêts humides sont essentielles à la préservation du climat mondial et sont un rempart contre le réchauffement de ce dernier.

    Les forêts humides ont également un impact sur les microclimats locaux en amenant pluies et régulation des températures.


    LES FORETS HUMIDES FOURNISSENT UN HABITAT POUR LES PLANTES ET LA VIE SAUVAGE

    Les forêts humides sont l’habitat d’une importante partie de la flore mondiale ainsi que de sa faune, incluant par là nombre d’espèces menacées. Lorsque la forêt est coupée ou détruite de quelque manière que ce soit, de nombreuses espèces sont alors condamnées à une inexorable extinction. Certaines de ces espèces ne peuvent pas survivre ailleurs que dans leur habitat originel. Les zoos et autres parcs animaliers ne peuvent en aucun cas sauver tous les animaux.


    LA FORET HUMIDE AIDE A MAINTENIR LE CYCLE DE L’EAU

    Les forêts humides aide à maintenir le cycle de l’eau. En se référant à l’US Geological Survey, « ‘le cycle de l’eau’, également connu sous le nom de ‘cycle hydrologique’, décrit le mouvement continu de l’eau sur, au-dessus et au-dessous de la surface de la terre. »

    Le rôle des forêts humides dans ce cycle est d’envoyer de l’eau dans l’atmosphère à travers la « transpiration », procédé par lequel elles relâchent l’eau de leurs feuilles durant la photosynthèse. Cette humidité ainsi créée contribue à la formation des nuages de pluie qui ensuite retombent sur les forêts humides. Dans l’Amazonie, 50 à 80% de l’humidité demeure dans le cycle de l’eau de son propre écosystème.

    Lorsque les forêts sont coupées, l’humidité tend à baisser, moins d’eau se concentre dans l’atmosphère, les pluies diminuent jusqu’à parfois atteindre la sécheresse la plus terrible.


    LES FORETS HUMIDES REDUISENT L’EROSION

    Les racines des arbres peuplant les forêts humides et la végétation avoisinante aident à retenir le sol. Lorsque les arbres sont coupés, il n’y a plus rien qui retient la terre et le sol s’en va rapidement avec les grosses pluies tropicales. Le procédé de délavage du sol est aussi connu sous le nom d’érosion.

    Les sols sont alors déversés dans les rivières et cela cause problème pour le poisson et les gens. Le poisson souffre car l’eau devient trouble et la visibilité réduite alors que les gens peuvent rencontrer des soucis de navigation car les eaux sont moins profondes conséquence des dépôts de terre apportés dans leur lit. De même les paysans perdent ce qu’il leur reste de terres arables pour leurs futures récoltes.

    POURQUOI LES FORETS HUMIDES SONT-ELLES DETRUITES ?

    Chaque année une étendue de forêt humide de la taille de l’état du New Jersey est coupée et détruite. Les plantes et les animaux qui avaient l’habitude d’y vivre meurent ou doivent fuir vers d’autres forêts pour retrouver un habitat équivalent à celui perdu. Pourquoi les forêts humides sont-elles détruites ?

    Les êtres humains sont la cause principale de destruction de la forêt humide et de la déforestation. Les hommes abattent les forêts tropicales pour de nombreuses raisons dont celles-ci :
    • le bois pour les bois de construction et également le bois pour le feu (cuisine essentiellement)
    • l’agriculture pour à la fois les petites et les grandes exploitations
    • les champs pour les fermiers pauvres n’ayant nulle part ailleurs pour vivre
    • les pâturages pour le bétail
    • la construction de routes

    L’EXPLOITATION DES BOIS DES FORETS HUMIDES

    L’une des causes principales de la déforestation est l’exploitation des bois. De nombreux types de bois sont utilisés pour les meubles, les parquets et les constructions, tous provenant des forêts tropicales humides que ce soit d’Afrique, d’Asie ou d’eAmérique du Sud. En achetant certains produits provenant de ces bois les gens habitant des endroits comme les Etats-Unis participent directement à la destruction des forêts humides.

    Alors que les exploitations forestières permettent aujourd’hui l’extraction de bois d’une manière à avoir un impact mineur sur l’environnement, la plupart d’entre elles continuent à être très destructives. De grands arbres sont coupés et évacués à travers la forêt alors que des routes ouvrent de nouvelles voies aux fermiers les plus démunis pour pratiquer une agriculture traditionnelle. En Afrique les travailleurs des exploitations forestières sont souvent habitués à utiliser la viande ‘locale’ pour les protéines. Ils n’hésiteront pas à chasser toute vie sauvage comme les gorilles, les gazelles et les chimpanzés pour leur nourriture.

    Les recherches ont prouvé que le nombre d’espèces trouvées dans une forêt ‘exploitée’ est nettement moindre que celui d’une forêt primaire encore inviolée. De nombreux animaux ne peuvent ainsi survivre dans cet environnement perturbé.

    Les populations locales ont tendance à se baser sur la récolte de bois dans les forêts humides pour satisfaire leurs besoins en bois de chauffe pour la cuisine ou la fabrication d’accessoires. Dans le passé ces pratiques n’étaient pas vraiment dommageables pour l’écosystème. Cependant, aujourd’hui dans les endroits à large population, le très important nombre de personnes collectant ces bois dans la forêt peut être extrêmement destructeur. Par exemple les forêts autour de nombreux camps de réfugiés en Afrique Centrale (Rwanda et Congo) ont été littéralement vidées de tous leurs arbres.


    L’AGRICULTURE EN FORET HUMIDE

    Chaque année des milliers de kilomètres de forêts humides sont détruits à des fins d’agriculture. Les deux principaux responsables de la conversion de ces forêts primaires en terres cultivées sont les fermiers sans ressources et les sociétés d’exploitation agricole.

    Les fermiers dans de nombreuses parties du monde n’ont d’autres choix que de détruire la forêt afin de nourrir leurs familles. Sans un accès à de meilleures techniques agricoles, ces gens utilisent le brûlis pour éclaircir des parcelles de forêts et y exploiter les sols pour une courte période. En général ils utilisent les terres nouvellement acquises pendant quelques années jusqu’à ce que les nutriments du sol aient complètement disparu, ensuite ils se déplacent pour éclaircir une nouvelle parcelle de forêt.

    Les compagnies agricoles détruisent plus de forêts humides que jamais, spécialement en Amazonie où de larges parties de forêt sont converties en fermes à soja. Certains experts pensent que l’Amérique du Sud aura un jour une superficie de terre cultivée équivalente au middle-ouest américain. Une majorité des ces compagnies se développent ainsi au grand détriment des forêts amazoniennes.


    LE BETAIL DANS LA FORET

    La destruction des forêts afin de créer des pâturages est aujourd’hui la cause majeure de déforestation en Amazonie et le Brésil produit aujourd’hui plus de viande de bœuf qu’il n’en a jamais produit. En plus d’élever du bétail pour la viande, de nombreux fermiers utilisent le bétail afin d’agrandir leur propriété. En laissant simplement leurs troupeaux dans une forêt, ils peuvent s’accaparer les titres de propriété de celle-ci justifiant ainsi de son exploitation.


    LA CONSTRUCTION DE ROUTES DANS UNE FORET HUMIDE

    Les constructions de routes et d’autoroutes dans la forêt primaire ouvrent de larges espaces pour le développement mais aussi la dégradation. Au Brésil, la Transamazonienne a été le triste déclencheur d’immenses destructions de forêts encore intactes par des colons sans argent, des exploitants forestiers et des promoteurs immobiliers sans scrupule. En Afrique les routes créées pour l’exploitation forestière facilitent l’accès aux braconniers qui chassent des animaux menacés comme de la viande de prestige ou simplement comme de la viande vendue dans les marchés des plus grandes villes.


    L’IMPACT DE LA PAUVRETE SUR LA DEFORESTATION

    La pauvreté jour un rôle majeur dans la déforestation. Les forêts humides du monde entier se trouvent dans les zones les plus pauvres de la planète. Les populations vivant dans ces zones ou aux alentours de celles-ci se basant sur ces écosystèmes fragiles pour survivre. Ils y collectent fruits et bois, y chassent les animaux sauvages pour avoir de la viande à table et sont souvent payés par des sociétés pour en extraire les diverses ressources.

    La plupart de ces pauvres gens n’ont pas les choix que beaucoup de pays occidentaux considèrent comme acquis. Ces gens n’ont pratiquement jamais la possibilité d’aller à l’école, de devenir docteur, ouvrier dans une usine ou secrétaire. Ils doivent vivre avec le milieu les entourant et utiliser quelque ressource qu’ils y trouveront. Leur pauvreté coûte énormément au monde entier à travers la perte de forêts tropicales humides et de leur vie sauvage. Sans éduquer et aider ces populations, les forêts primaires humides ne pourront être sauvées.

    COMMENT POUVONS-NOUS SAUVER LES FORETS HUMIDES ?

    Les forêts tropicales humides disparaissent très rapidement. La bonne nouvelle est qu’un certain nombre de personnes a décidé de les sauver. La mauvaise étant que cela risque de ne pas être facile du tout. Cela passera par d’énormes efforts pour beaucoup, d’un travail commun en ordre d’assurer la pérennité des forêts humides, de leur faune et de leur flore afin qu’elles survivent et que nos enfants et nos petits-enfants puissent encore en profiter longtemps.

    Certaines étapes pour sauver les forêts humides et, dans un sens plus large, les écosystèmes autour du monde sont de se baser sur les « ARECS » :
    • Apprendre aux autres l’importance de l’environnement et comment ils peuvent aider à sauver les forêts humides.
    • Restaurer les écosystèmes endommagés en reboisant les parties déjà détruites.
    • Encourager les gens à vivre dans un mode de vie propre à ménager l’environnement.
    • Créer de nouveaux parcs et de nouvelles réserves afin de protéger les forêts restantes, leur flore et leur faune.
    • Soutenir les sociétés qui travaillent dans un but de sauvegarder et de minimiser les dommages sur l’environnement.

    SAUVER LES FORETS HUMIDES A TRAVERS L’EDUCATION

    L’éducation est une clé fondamentale pour sauver les forêts humides du monde entier. Les gens doivent percevoir la beauté et comprendre l’importance de ces forêts afin qu’ils aient envie de les protéger. L’éducation environnementale doit avoir lieu à la fois dans les pays occidentaux comme les Etats-Unis et également dans les pays disposant d’étendues de forêts primaires comme la Bolivie et Madagascar.

    Aux Etats-Unis, les gens doivent comprendre leur rôle et leur impact dans la perte et la destruction des forêts primaires. Par exemple, l’achat de produits en acajou contribue directement à la déforestation dans certains pays. Si nous, en tant qu’américains, nous faisons l’effort d’apprendre ce qu’est l’environnement, nous devrions être à même de comprendre ce que nous perdrons lorsque les forêts humides auront disparu. Nous pouvons également prendre des décisions d’acheter certains produits et de soutenir certaines sociétés ou organisations qui aident à protéger les forêts tropicales.

    Dans les pays possédant ces forêts, les populations locales ne savent pas parfois pourquoi les forêts sont si importantes. A travers un programme éducatif particulier ces gens pourraient apprendre que la forêt apporte des services de toute première qualité (comme une eau potable) et sont l’habitat de nombreuses plantes et de nombreux animaux connus nulle part ailleurs dans le monde. Peu d’enfants dans des pays comme Madagascar savent que les lémuriens n’existent pas en Amérique. Ils sont souvent très contents d’apprendre que ces lémuriens n’existent qu’à Madagascar.


    REHABILITER ET RESTAURER LES FORETS HUMIDES

    En essayant de protéger les forêts humides, nous devons également nous demander comment les forêts endommagées peuvent être restaurées. Alors qu’il est strictement impossible de replanter une forêt humide, certaines peuvent encore redevenir ce qu’elles étaient même après avoir été détruites, spécialement si elles peuvent être assistées par des reboisements sélectifs. Dans certains cas il est également possible d’utiliser des zones défrichées pour appliquer des techniques agricoles sophistiquées afin de subvenir aux besoins des populations avoisinantes. Lorsque ces populations auront assez à manger, ils n’auront plus besoin d’aller couper de nouvelles parcelles de forêt pour cultiver.

    Une direction de recherche pleine de promesses regarde du côté des anciennes civilisations ayant habité la forêt amazonienne avant l’arrivée des Européens au 15ème siècle. Apparemment ces populations étaient capables de fertiliser les sols des forêts humides, qui sont en général assez pauvres, en utilisant du charbon et des os d’animaux. En améliorant la qualité des sols, de larges zones déboisées en Amazonie pourraient être ainsi réhabilitées afin d’y développer l’agriculture. Cela pourrait aider à réduire la pression sur les zones forestières encore intactes de destructions à des fins agricoles. Plus tard la ‘terra preta’ comme elle est appelée, pourrait être utilisée pour combattre le réchauffement planétaire car elle absorbe une grande quantité de dioxyde de carbone, un gaz très important dans l’augmentation de l’effet de serre.


    ENCOURAGER LES GENS A VIVRE UN MODE DE VIE QUI MENAGE L’ENVIRONNEMENT

    Une des clés pour la sauvegarde des forêts tropicales humides et l’environnement est d’encourager tous les gens à vivre un mode de vie propre à ménager le monde autour d’eux. Conduire des véhicules plus économiques, plus propres, économiser les ressources en eau, éteindre les lumières lorsqu’elles ne servent plus et recycler le maximum de choses possibles de n’importe quelle manière que ce soit. Tous ces comportements permettront à vous et à votre famille de réduire singulièrement votre impact sur l’environnement.

    Comme pourrais-je aider l’environnement ?

    Dans les pays possédant des forêts humides, de nombreux scientifiques et autres organisations travaillent pour aider les populations locales à vivre dans un mode de vie minimisant leurs dommages sur l’environnement. Certains appellent cela le ‘développement durable’. Le développement durable a l’objectif principal d’améliorer la vie des gens tout en protégeant l’environnement. Sans améliorer la subsistance des populations vivant dans et autour des forêts humides il est pratiquement impossible de sauvegarder les aires protégées, leur faune et leur flore. La conservation doit être un élément principal et l’implication des populations locales est nécessaire pour que les aires protégées fonctionnent correctement.


    CREER DES AIRES PROTEGEES AFIN DE SAUVEGARDER LES FORETS ET LEUR BIODIVERSITE

    La création d’aires protégées comme les parcs nationaux est un moyen primordial pour sauver les forêts humides et les autres écosystèmes. Les aires protégées sont des endroits particuliers qui reçoivent une protection grâce à leur valeur environnementale ou culturelle. Généralement les aires protégées sont gérées par les gouvernements qui utilisent des agents de surveillance et de protection pour faire respecter les lois du parc et combattre les activités illégales comme la chasse et la coupe de bois.

    Aujourd’hui les parcs protègent la plupart des espèces les plus menacées au monde. Les animaux comme les pandas se trouvent uniquement dans des aires protégées.

    Les parcs sont souvent couronnés de succès lorsqu’ils ont le soutien des populations locales vivant dans et autour de ces aires protégées. Si les autochtones ont un intérêt quelconque dans le parc ils formeront des ‘comités villageois de surveillance’ qui protégeront le parc d’activités illégales comme l’exploitation forestière illicite et le braconnage.

    Une idée efficace est d’impliquer les populations locales dans la gestion du parc. Ces populations connaissent en effet bien mieux que quiconque leur forêt et ont un intérêt particulier dans sa sauvegarde car c’est un écosystème donné qui leur fournit la nourriture, les abris et de l’eau potable. Les recherches ont constaté que dans certains cas les ‘réserves indigènes’ fonctionnent mieux que les ‘parcs nationaux’ en Amazonie.

    Les parcs peuvent également contribuer à aider les économies locales en y attirant touristes étrangers qui paieront des tickets d’entrée, utiliseront les services de guides locaux et pourront acheter des objets d’artisanat local comme les paniers, les tee-shirts ou autres bracelets.


    SOUTENIR LES SOCIETES QUI ESSAIENT DE PROTEGER L’ENVIRONNEMENT

    Il existe aujourd’hui de nombreuses compagnies impliquées plus ou moins directement dans la protection de l’environnement. Ces sociétés cherchent des moyens de réduire leur impact sur le monde autour d’eux à travers des efforts en recyclage, en économie d’énergie et en supportant les efforts de conservation dans certains pays. Si des consommateurs comme vous et votre famille aidez ces compagnies en achetant leurs produits ou leurs services, l’environnement n’en sera que protégé de meilleure manière.

    Comment découvrir si les sociétés sont soucieuses de l’environnement.


    ECOTOURISME

    L’écotourisme est un mode de voyage responsable en matière d’environnement, prêt à prendre plaisir et à apprécier la nature et les expériences culturelles. L’écotourisme se doit d’avoir un impact minimum sur l’environnement et doit contribuer au bien-être des populations locales.


    QUE FAIRE A LA MAISON POUR AIDER L’ENVIRONNEMENT ?

    Il y a certaines recommandations à suivre à la maison pour réduire votre impact sur l’environnement.
    • Eteindre les lumières lorsque vous n’en avez plus besoin. Lorsque les ampoules grillent, les changer par des ampoules économiques.
    • Ne pas gaspiller l’eau
    • Recycler
    • Encourager votre famille à utiliser des véhicules économiques et à ne pas surchauffer leur maison
    • Ne pas laisser les animaux de compagnie partir lorsque vous ne les voulez plus. Avant d’acheter, soyez sûrs de votre choix et d’être capables de vous en occuper quelque soit le temps à leur consacrer. Avoir un animal domestique est une responsabilité et un devoir.
    Les choses à faire pour aider à sauvegarder les forêts tropicales humides :
    • Ne pas acheter de produits à base de peaux d’animaux
    • Ne pas acheter d’animaux exotiques ayant été collectés sur le terrain. Vous pouvez toujours demander dans les magasins si les animaux ont été capturés ‘sur le terrain’ ou ‘élevés en captivité’. ‘Elevé en captivité’ est plus respectueux de l’environnement.
    • Acheter du papier recyclé
    • Ne pas acheter de produits à base de bois provenant d’Indonésie, de Malaisie, du Brésil ou d’Afrique tant que vous n’êtes pas sûrs que ces produits proviennent de sociétés respectueuses de l’environnement. Une façon de savoir si ce bois est sans danger pour les forêts tropicales est un ‘label de certification’. Un exemple de certification est le label ‘Certifié FSC’ qui garantit que le bois provient de forêts à l’exploitation bien contrôlée.
    • Se renseigner et apprendre encore et toujours plus sur les forêts tropicales humides, les plantes et les animaux y vivant. Partager ensuite ces connaissances avec votre famille et vos amis et expliquer leur pourquoi les forêts tropicales humides sont si importantes.


    La reproduction et la libre distribution du contenu de ce document (impression ou autre) sont autorisées dans la mesure où www.mongabay.com est stipulé comme source originale de celui-ci.


    Par Rhett A. Butler, mongabay.com
    Traduit de l'anglais par Eric Mathieu (marojejy.com)








  • Page d'accueil - les enfants | l'information | ressources | actualités
    Page d'accueil  |   Les forets humides  |   Images  |   Actualités  |   Langues  |   À propos de mongabay  |   Contacter

    ©2008 Rhett Butler